BOB MORANE n° 180
Le Pharaon de Venise

Lefrancq Poche
n° 65 (1999)

Venise, 1722

Le compte Sylvio Saliorni regagne son palazzo où se situe un musée égyptien, hérité de son ancêtre Zapolo. Celui-ci a ramené d’Égypte la momie du roi An-Thot-Thep, ignoré de l’histoire. Dans le musée travaille le professeur Corvo, à l’apparence squelettique.

Au moment de se coucher, le compte appelle ses domestiques mais personne ne se présente. Il part voir et constate que la momie a disparu. Il est alors étranglé et meurt. On ne retrouva jamais les domestiques ou le professeur Corvo mais la momie était revenue à sa place.

De nos jours

Bob Morane se trouve à Venise, dans le palazzo qui lui a jadis été offert. Il s’agit en fait de l’ancienne demeure de Saliorni. Bob n’occupe qu’un étage, le reste étant occupé par un musée égyptien géré par la ville. Après avoir fait un tour à la bibliothèque, il constate que la momie a disparu. Le professeur Corvo, qui travaille pour le musée, dit l’avoir emmenée dans son atelier pour la désinfecter. Un peu plus tard, Bob entend d’étranges bruits mécaniques.

Bob étudie les documents qu’il a découverts dans la bibliothèque. Le premier est dû à Zapolo Saliorni où il relate sa découverte d’une tombe dans le désert égyptien. Les noms de Corvo, Issi et Riossi sont cités. Le deuxième document correspond aux mémoires de Sylvio Saliorni. Quant au troisième, il s’agit de quelques lignes manuscrites dans lesquelles Bob croit reconnaître l’écriture de Casanova. Il y est aussi fait allusion à Corvo et à d’étranges sons mécaniques. L’auteur des lignes parle d’une nuit passée au palazzo et de la terreur qu’il a ressentie.

Bob appelle le professeur Clairembart à Neuilly pour que celui-ci se rende chez lui, photocopie un fac-similé d’une page manuscrite de Casanova et la lui envoie par fax. A la réception, Bob compare les deux écritures. Le texte découvert dans la bibliothèque est bien de Casanova.

Une femme se présente pour visiter le musée et Bob l’accueille ; elle s’appelle Leila Issi. Elle demande à être seule un moment. Morane l’observe de loin et la voit parler à la momie. Intriguée, il la prend en filature quand elle quitte le musée. Il finit par la perdre mais a pu constaté que le professeur Corvo la pistait également.

Deux jours plus tard, Bob entreprend de fouiller le bureau de Corvo. Il a la stupéfaction de découvrir une traduction de hiéroglyphes datant du 18ème siècle. Bob faxe le document au professeur Clairembart qui confirme qu’il s’agit bien d’une traduction, antérieure d’un siècle à Champollion. Il trouve aussi des portraits du professeur Corvo de l’époque - identiques à celui que Bob connaît. Il semble aussi que le dénommé Riossi soit le même personnage. Et sur une photo de la fin du 19ème siècle, il reconnaît même Leila Issi.

Bob découvre ensuite un texte du Corvo du 18ème siècle. L’écriture est identique à celui du présent.

Bob se lance à la recherche de Corvo pour en avoie le cœur net. Il entend de mystérieux sons mécaniques. Il lui semble e tendre un appel au secours puis reçoit un coup violent sur la nuque. A son réveil, il réalise que c’était la voix de Sophia Paramount.

Il appelle Bill Ballantine qui lui confirme que Sophia comptait effectivement lui rendre visite. Peu après, Bob reçoit un appel qui lui annonce que s’il veut recevoir Sophia vivante, il doit se rendre au château des Aigles. Bob s’y précipite aussitôt. Il connaît les lieux car c’est là que jadis Salvatore Marziano avait trouvé la mort. Il découvre Sophia assise sur une bombe. Il la libère mais il s’avère vite que la bombe est factice. La jeune femme explique qu’elle a été enlevée par Vitto Marziano, le frère de Salvatore Marziano, qui désire se venger.

L’enlèvement avait en fait pour but d’attirer Bob hors du palazzo pour permettre à Marziano et ses hommes d’y tendre une embuscade. Ils se retrouvent face à Corvo, lequel se transforme subitement en monstre. Un des hommes de Marziano le fait voler en éclat avec son pistolet mitrailleur.

A leur arrivée, Bob et Sophia trouvent Vitto Marziano mort, la nuque brisée et le corps monstrueux de Corvo dispersé en quatorze morceaux. Leïla Issi fait son apparition. En fixant les restes de Corvo, elle prononce le mot « O-si-ris ». Elle se transforme en momie et s’abat d’une masse, morte, et se brise. La momie d’Am-Thot-Thep surgit et attaque Bob et Sophia. Morane finit par lui asséner un coup violent et il s’avère alors que le Pharaon de Venise n’est qu’un automate.

Quelque temps plus tard, Bob, Sophia et le professeur Clairembart sont réunis autour d’une table. Am-Thot-Thep était apparemment un noble qui avait commis un sacrilège et dont le nom a été effacé. Il avait voulu faire renaître al vie - don réservé à Isis. Et Riossi est un anagramme d’Osiris comme Issi est celui d’Isis. L’automate était probablement l’œuvre d’Am-Thot-Thep.

Plus tard, alors qu’il s’apprête à quitter Venise, Bob Morane reçoit la visite d’un vieillard intéressé par le musée, Jacques la Maison-Neuve - Casanova en italien.


AUTRES EDITIONS
 


Ananké série 2000
n° 2005 (2001)


Ananké série 2000
n° 2005 (2006)