BOB MORANE n° 67
Escale à Felicidad
Prépublication dans « Pilote », n° 232 (2 mai 1964) à 255 (10 septembre 1964)

Marabout Junior
n° 278 (1964)

Bob Morane et Bill Ballantine se trouvent dans un avion qui les emmène à San Felicidad. Ils veulent rendre visite aux amis de Bob, Claude et Pierre Loarec Un homme meurt subitement. Bob reconnaît Antoine Grover, un agent de la C.I.A. La police classe le cas comme simple crise cardiaque. Bob et Bill sont embarqués par le chef de la police, Diaz Ribera, mais il les libère quand il apprend que ce sont des amis des Loarec.

Bob et Bill se rendent à la villa des Loarec où ils retrouvent Pierre Loarec et Jonathan Arwell, ministre plénipotentiaire des USA à Felicidad. Ils leur expliquent que Grover venait remplacer Edward Rawes, un autre agent de la CIA assassiné lui aussi. Il enquêtait sur l’origine des armes fournies à Cachorro, le chef des révolutionnaires. Bob et Bill acceptent de poursuivre l’enquête.

Ils se rendent à la demeure de Rawes. Une femme appelle par téléphone puis raccroche aussitôt. Bob apprend par la centrale téléphonique d’où vient l’appel : de chez un certain Sorgensen. Ils entendent alors des pas au-dehors. Bob et Bill mettent hors de combat deux hommes et quand ils sortent, ils essuient des tirs. Ils montent dans leur voiture et évitent de justesse une autre qui leur fonce dessus.

Ils se rendent chez Sorensen qu’ils trouvent inconscient pour avoir bu du whisky auquel a été rajouté un soporifique. Bientôt se présente une jeune femme, Charmaine Lanyon, la nièce de Sorgensen. Elle était à bord de l’avion où est mort Antoine Grover. Sorgensen est réveillé mais il affirme ne rien savoir. C’est alors qu’il est abattu par un coup de feu. Il a le temps de dire qu’un capitaine Chet Brabant a été enlevé par Cachorro et qu’il détient aussi des informations sur les livraisons d’armes. Il prévient aussi de se méfier d’une certaine Soledad.

Charmaine Lanyon repart de son côté. La voiture de Bob et Bill est arrêtée par des policiers. Bob et Bill administrent une bonne correction aux policiers et les laissent à la bonne garde du capitaine Ribera. Ils rencontrent ensuite chez Pierre Loarec. Celui-ci les informe que la dénommée Soledad doit être Soledad Almagro, une révolutionnaire travaillant avec Cachorro. Leur objectif est maintenant de retrouver le capitaine Chet Brabant, et pour cela ils doivent se rendre dans la ville de Santa Carolina.

L’avion est détourné en vol mais Bob et Bill en reprennent le contrôle. Il est alors attaqué par deux avions de chasse. L’appareil se pose en catastrophe dans un marécage.

Un groupe de révolutionnaires, dirigé par la belle Soledad Almagro, les rejoint bientôt et embarque les survivants. Ils sont amenés dans le camp des rebelles et confrontés à Joachim Cachorro. Celui-ci se révèle avoir fait tuer plusieurs personnes, dont Chet Brabant, pour ne pas trahir l’identité de son fournisseur d’armes. Mais quand il avoue avoir fait tuer Edward Rawes lié à la famille de Soledad Almagro, celle-ci aide les prisonniers à s’enfuir.

Bob et Bill, accompagnés par Soledad, volent un avion et rallient Felicidad City.

Grâce à un indice fourni par Cachorro et Soledad Almagro, Bob Morane a identifié la fournisseur d’armes : Diaz Ribera, le chef de la police. Il l’amène à se démasquer. Ribera trouve alors la mort. Privée d’armes, la révolution est vouée à disparaître. Bob et Bill repartent pour la Colombie après cette « escale à Felicidad ».


AUTRES EDITIONS
 


Pocket Marabout
n° 1070 (1973)


Lefrancq Volumes
in Bob Morane - L'intégrale 11
1998


Ananké Aventure illustrée
n° 7 (2013)