Jimmy Guieu
Commandos de l'espace
 
   
EDITION ORIGINALE
Fleuve Noir, coll. Anticipation, n° 51, 1955
 
REEDITIONS
• Plon, coll. SF Jimmy Guieu, n° 19, 1981
• Presses de la Cité, coll. SF Jimmy Guieu, n° 19, 1989
 
SERIE
Jean Kariven
 

Les Commandos de l’Espace, dirigés par le Polarien Zimko, opèrent dans le Système Solaire. Ils comprennent des Centauriens, des Wolféens et des Polariens Ils étudient méticuleusement les Terriens avant que la Confédération Galactique prenne officiellement contact avec eux.

Le vaisseau des Centauriens Hogounn et Injya se pose sur la planète T.27 (la Terre) et ils rencontrent des habitants. Le Wolféen Fohag, le chef de leur astrobase en orbite, montre comment sont présentées les rencontres entre Terriens et extraterrestres, les témoins étant toujours tournés en ridicule.

Une escadrille des Commandos de l’Espace est capturée par les Denebiens qui tiennent les occupants sous contrôle psychique. Cela leur permet de s’emparer d’une base planétaire sur Mars. Seul un groupe d’enfants reste libre, et ils arrivent à émettre un signal.

L’escadre de Zimko se rend sur Mars. Zimko et ses compagnons tombent tous au pouvoir des Denebiens. Ils sont emmenés dans un astronef qui rejoint le système de Deneb. Sur la planète Ptopa, Zimko est amené devant l’empereur et torturé. Il accepte de parler mais seulement devant les chefs d’état-major des Denebiens et de leurs alliés procyonniens. Il a des révélations à faire sur l’arme secrète Matneg.

Dans l’astrobase n° 2, un très haut personnage, masqué, annonce que le contact avec les Terriens aura lieu dans deux ans, en 1956. Pour renforcer la défense du système solaire, une arme a été mise au point : le Matneg, une matière négative qui explose au contact de la matière normale. Plusieurs sphères à Matneg vont être amenées dans le Système Solaire.

Sur Ptopa, Zimko révèle être un robot biologique commandé à distance par le véritable Zimko. Lui et ses compagnons ont chacun en eux une sphère de Matneg. Elles explosent. La capitale et tous ses habitants sont détruits.

Sur l’astrobase n° 2, l’homme masqué révèle être Zimko.

 

© Michel Vannereux